Browse By

AFFAIRE 15 MILLIONS:Félix Tshisekedi réclame la démission de Vital Kamerhe! (lsi-africa.com)

La République démocratique du Congo vit depuis quelques jours au rythme d’une affaire de disparition présumée d’argent public d’un montant de 15 millions de dollars visant un proche du président de la République Félix Tshisekedi, qui s’est engagé à lutter contre la corruption.

Des ONGs s’interrogent sur le rôle du très influent directeur de cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe, dans cette affaire dite des « 15 millions de dollars », le montant de la somme qui manquerait dans les caisses du Trésor public. 

L’affaire !

Le fond de l’affaire est assez technique: le Trésor public a versé 100 millions de dollars à des sociétés pétrolières pour compenser leur manque à gagner.  L’Etat devait récupérer une « décote » de 15% de cette somme. Cette « décote n’a pas bénéficié à l’Etat », observe l’Inspection générale des finances (IGF) dans un rapport daté du 17 juillet, dont nous avons copie. La décote de 15 millions a été versée sur le compte d’un « comité de suivi des prix des produits pétroliers », « une irrégularité qui viole les dispositions légales et règlementaires régissant les finances publiques », selon le rapport. 

Dans ses conclusions, le rapport attribue la responsabilité de cette « irrégularité » à plusieurs officiels, dont le directeur de cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe. Le 31 juillet, l’inspecteur général-chef de service Victor Batubenga, a transmis ce rapport au procureur général près la cour de Cassation. « Face à des obstructions répétées », M. Batubenga demandait au parquet d' »apporter son assistance » pour enquêter dans cette affaire. Ce dernier a confirmé l’existence de cette lettre, ainsi que du rapport. M. Kamerhe ne s’est pas exprimé au sujet de cette affaire. 

Tshisekedi va trancher !

Investi en janvier, M. Tshisekedi avait dénoncé début juin la « petite et la grande corruption » et promis la fin du règne des « intouchables corrupteurs et corrompus ». Il avait annoncé la création sous peu au sein de (son) cabinet d’un service spécialisé dénommé « coordination pour le changement des mentalités ». 

Mais depuis, la présidence de Félix Tshisekedi ressemble à un feuilleton à multiples rebondissements avec documents officiels qu’on retrouve sur le site réseaux sociaux avec une facilité inquiétante. Selon une source proche de la présidence congolaise à Kinshasa, le président congolais aurait proposé à son directeur de cabinet Vital Kamerhe de démissionner face au tollé provoqué par cette affaire des 15 millions de dollars. Le président de l’Union pour la nation congolaise aurait décliné purement et simplement cette proposition : « ce dossier est vide Excellence, je suis victime d’une machination et les adversaires veulent mettre à mal la cohésion au sommet de l’Etat », aurait repondu M. Kamerhe, a rapporté un visiteur nocturne du président congolais. 

Tout comme l’ivoirien Adama Bictogo, contraint de quitter le premier gouvernement d’Alassane Ouattara ( affaire des déchets toxiques) ou le français, Richard Ferrand, qui a jeté l’éponge un mois après son entrée dans le gouvernement d’Emmanuel Macron, embêté par une affaire le visant pour des montages immobiliers réalisés lorsqu’il était à la tête des Mutuelles de Bretagne; Vital Kamerhe pourrait subir le même sort. 

Mais à travers cette affaire embarrassante pour le nouveau président congolais, c’est aussi une lutte interne impitoyable, que se livrent cadres de l’UNC de Vital Kamerhe et l’UDPS de Félix Tshisekedi, qui vient ainsi d’être révélée au grand jour. 

SOURCE : https://www.lsi-africa.com


Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *