Browse By

De la musique à la politique : qui est derrière Werrason ?

Enfin, le Roi de la forêt, Werrason, dévoile ses ambitions politiques. Cette fois-ci, la star congolaise n’est pas allée par le dos de la cuillère.  Il a été clair et précis d’annoncer, à la presse,  la sortie officielle, dans les tout prochains jours de sa nouvelle plateforme électorale dénommée «A Nous le Congo». Pour l’artiste, l’heure a sonné de servir autrement son pays après le grand succès récolté dans l’art. Le patron de Wenge Musica Maison Mère veut s’engager avec ferme assurance dans la vie politique pour diriger et  participer à la gestion de la chose publique. Toutefois, Werrason  n’exclut pas de se présenter lui-même aux élections législatives qui s’annoncent fracassantes en décembre  prochain en République démocratique du Congo.

La prouesse du chanteur Sénégalais Youssou N’Dour  devenu Ministre de la Culture dans son pays ou encore l’expérience de l’ex-international  footballeur  Georges Weah devenu Président au Libéria a été toujours une belle leçon pour d’autres stars africaines.

Au summum de son art, le chanteur congolais Werrason veut aussi mettre à profit son aura artistique pour influencer certaines décisions politiques lorsqu’il s’agit de l’intérêt du peuple ou de la nation, en général.

Alors qu’hier, il disait être apolitique, le patron de Wenge Musica Maison Mère vient de dévoiler au monde sa passion d’embrasser la politique active. Mais, il  ne renonce pas encore à sa carrière musicale. C’est-à-dire, Werrason demeure  jusque-là artiste, tout en dirigeant sa plate-forme en qualité de l’autorité morale.

Comme il a bien souligné lors d’une interview accordée au journal La Prospérité, l’idéal pour lui, est de donner de l’emploi aux jeunes congolais, de responsabiliser la jeunesse et surtout de construire sa province natale, le Bandundu qui, à ses yeux, serait abandonnée alors que d’autres provinces se développent aux plans de l’énergie (électricité et eau…), infrastructures (hôpitaux, stades…)

Réputé artiste humanitaire, Werrason s’est aussi illustré par ses actions sociales en faveur des enfants de la rue et de démunies au Congo-Kinshasa. Et cela, à travers la fondation qui porte son nom, dont la mission est d’encadrer et former la jeunesse.

Enjeux de l’heure : Werra veut se vendre cher !

Son engagement en politique est un signal fort pour le processus électoral. Avec sa structure «A NOUS LE CONGO», son ultime vision consiste à gagner plusieurs sièges dans le prochain Parlement. «Nous allons nous battre afin que beaucoup de nos membres puissent être  élus comme Députés à l’Assemblée nationale, et même au niveau des provinces. A NOUS LE CONGO est une  nouvelle force qui va bouleverser les données au pays…», a déclaré le Roi de la forêt, qui croit encore et toujours à sa popularité au Congo-Kinshasa.

L’embargo infligé aux musiciens Kinois de ne plus se produire sur scène en Europe par les Congolais de la diaspora (combattants)  pour avoir soutenu le pouvoir en place, constitue une grande motivation pour Werrason de se lancer en politique. Evidemment, cette situation a provoqué non seulement une chute drastique de revenus pour les artistes mais aussi elle est à la base de la perte de vitesse que connait aujourd’hui la musique congolaise sur la scène internationale. Cependant, le Roi de la forêt regrette que le régime de Kinshasa qui est à la base de leurs déboires avec les combattants, ne soit pas venu à leur  rescousse. Voilà pourquoi, certains d’entre les musiciens se découvrent une vocation politique.

Au-delà du phénomène, il y a aussi la misère cruelle qui gangrène le pays.

La crise économique a provoqué une baisse criante de pouvoir d’achat jusqu’à tel point qu’aucun musicien congolais n’arrive à vendre même pas un million d’exemplaire de CD dans un pays de quatre-vingts millions de personnes. C’est révoltant, dixit Werrason qui estime que seul la politique, peut changer la  donne. D’où, «A  NOUS LE CONGO» est déterminé et  s’arrange déjà pour la bataille électorale.

A l’heure des alliances politiques qui s’annoncent rudes, seule la position de l’artiste le plus populaire va fixer l’opinion nationale et internationale s’il va s’allier du côté de l’opposition en quête du pouvoir ou de la Majorité présidentielle ?

Qui vivra verra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *