Browse By

Election en RDC: l’opposition conteste l’utilisation de la machine à voter

L’opposition fait bloc contre l’usage de la machine à voter le 23 décembre. Ensemble, MLC, UNC, CNB, UDPS ont fait une déclaration commune ce mercredi 11 avril 2018 pour rejeter ce système de vote par écran tactile. Pour ces poids de lourds de l’opposition cette technologie présente des risques de tricherie à grande échelle.

Congo Na Biso de Freddy Matungulu était représenté par son secrétaire général, de même que l’UNC de Vital Kamerhe. Pour le reste, Felix Tshisekedi, président de l’UDPS, était présent en personne, tout comme Pierre Lumbi, vice-président d’Ensemble pour le changement, la plateforme électorale de Moïse Katumbi. Tous étaient réunis au siège du Mouvement de Libération du Congo (MLC) pour dénoncer ce que l’opposition appelle l’  « entêtement de la Commission électorale nationale indépendante, Céni, à recourir à cette technologie ».

« L’utilisation de la machine à voter viole la Constitution, qui exige les élections libres, transparentes et secrètes », estime Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC. Hormis les craintes liées à la transparence, ces opposants parlent également des soupçons de corruption dans l’attribution démarche à l’entreprise coréenne Miru, celle qui va fournir ces machines à voter : « Je demande instamment aussi, aux Etats-Unis, aux pays occidentaux et à la République de Corée, de bloquer les comptes de l’entreprise Miru System pour transaction illicite ».

L’opposition s’appuie notamment sur le fait que la Commission électorale de la République de Corée du Sud (NEC) a notifié à la Céni de la RDC qu’elle n’apporte ni n’apportera aucun soutien officiel ni aucune garantie à ce projet de machine à voter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *