Browse By

Elections : Muzito et Bemba en tête-à-tête à La Haye

L’ancien Premier ministre Adolphe Muzito se rend partout où l’on peut parler de la tenue des élections libres, démocratiques, transparentes, inclusives et apaisées, et évoquer les possibilités pour les opposants de faire bloc en vue de pouvoir gagner ensemble. Objectif : construire le Congo. Muzito opposant ? L’intéressé a sorti son argument le 19 mai dernier sur le plateau de TV5 Monde : « Tous les Congolais se constituent en opposants face à ce régime qui ne veut pas organiser les élections… Ensemble nous gagnerons. »

Dans ses nouveaux habits, il a entamé des contacts à Kinshasa avec le Mouvement de libération du Congo (MLC) avec Lugi Gizenga, alors Secrétaire permanent et porte-parole du PALU, avant qu’il ne soit remplacé par Wolf Kimasa, lui-même déchu au profit de Sylvain Ngabu. On l’a vu en audience chez le Cardinal Laurent Monsengwo, qui lui aurait conseillé de ne jamais reculer.

Durant le mois de mai, il a multiplié entre Paris et Bruxelles des entretiens avec la presse occidentale, laissant entendre que la République démocratique du Congo est à construire, accusant directement le PPRD d’avoir torpillé depuis 2012 les efforts de relance économique fournis entre 2007 et 2011 sous la gouvernance PALU.

Samedi 2 juin à Bruxelles, il a rencontré Félix Tshisekedi, président de l’UDPS et du Rassemblement. Leur réunion a débouché sur un communiqué conjoint dans lequel ils ont rejeté l’idée d’un 3ème mandat pour Kabila et dit non à la machine à voter avant de plaider pour un fichier électoral fiable en vue des élections apaisées et transparentes.

Muzito a ensuite enchaîné le mardi 5 juin à la faveur d’une visite à l’ancien vice-président et sénateur Jean-Pierre Bemba à Scheveningen à La Haye, à 72 heures du verdict dans l’affaire opposant le chef du MLC au procureur de la Cour pénale internationale (CPI).

Selon un proche de Muzito contacté par le journal AfricaNews, « Toute l’après-midi, les deux personnalités ont abordé les questions liées à la situation politique de l’heure au pays, à la sécurité, à l’économie, au social et aux élections prévues le 23 décembre de cette année. » Indiquant qu’ensemble, les deux personnalités sont favorables à la tenue des élections apaisées et démocratiques le 23 décembre 2018, sans Kabila, avec un fichier électoral fiable, et donc dans le respect de la Constitution et de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Cette tribune a aussi été l’occasion de parler des possibilités pour les forces de l’Opposition de faire front pour gagner les élections ensemble. Bemba et Muzito ont pris l’engagement de travailler pour l’unité et l’aternance en République démocratique du Congo. L’enjeu des élections pour tous les acteurs politiques tant de la Majorité au pouvoir que de l’Opposition reste la victoire et toutes les batteries sont mises en marche quant à ce.

Pour Muzito, le patron de l’Université populaire, le communiqué conjoint avec Félix Tshisekedi et l’audience chez Bemba sont loin d’être des cas isolés. Les contacts avec le MLC à partir de Kinshasa où il a rencontré Fidèle Babala ont été sanctionnés par un autre communiqué conjoint évoquant la possibilité de la formation d’une méga plateforme politique électorale pour faire bloc contre Kabila et sa majorité.

Désigné candidat président par la plateforme électorale Union pour la République (URép), il a accepté cette désignation, faisant savoir qu’il compte sur cette plateforme et sur la base de son parti, étant lui-même devenu militant à la base.

Ces défilés donnent des idées et font dire que la présidentielle n’est pas un sprint mais un marathon qui requiert électorat, projet, préparation, moyens financiers et logistiques, partenaires et stratégies d’ensemble… On verra bien quel rôle Muzito et ses potentiels partenaires accepteraient de jouer chacun en ce qui le concerne pour ensemble franchir victorieusement la ligne au soir du 23 décembre.

Octave Mukendi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *