Browse By

Kinshasa: La hausse de prix de transport au centre des conflits entre chauffeurs et passagers

Le prix de transport en commun a été revu à la hausse pour la première fois depuis six ans par le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta à cause de l’augmentation du prix de carburant qui est passé de 1.890 à 1.970 francs congolais pour l’essence, tandis que celui du gazole a grimpé de 1.880 à 1.970 FC il y a deux semaines à Kinshasa, ville aux 10 millions d’habitants dont beaucoup n’ont pas assez de moyens de subvenir à leurs besoins journaliers.

Le prix de la course de taxi et des autobus publics est passé de 500 à 700 francs congolais. Cette situation dérange beaucoup plus la population congolaise, car le prix du transport en commun ne fait que varier de temps à autre tout au long de la journée. Par exemple, le matin la course Kintambo-UPN se négocie à 500 FC. A midi, il augmente à 1000 FC, et le soir, c’est 1500 FC la course.

Les passagers ne savent plus quoi face à cette situation difficile qui perturbe leurs programmes compte tenu de leurs moyens fort limités.
A cela, on constate que, malgré l’augmentation du prix de transport, les chauffeurs de taxis et taxis-bus continuent à opérer leurs systèmes de demi-terrain. Par exemple, à partir de Lemba-Salongo, les chauffeurs transportent leurs passagers jusqu’à seulement Limete 7ème rue au prix de 700FC, et puis les embarquent jusqu’à Victoire au même prix.

Il en est de même pour les chauffeurs du tronçon Gombe-Kitambo, qui au lieu d’embarquer directement les passagers jusqu’à la place Magasin, font de la Gare-Centrale à Batetela au prix de 800FC, puis de Batetela à Magasin avec ce même prix. Ces agissements permettent aux conducteurs de transport en commun de gagner le double de ce qu’ils devraient percevoir au détriment de la population congolaise. Parfois même, cela se fait au vu et au su des agents de l’ordre présents sur tous ces arrêts.

Malgré leurs budgets serrés, le peuple congolais est obligé de se soumettre aux exigences des chauffeurs congolais pour ne pas s’éterniser dans les arrêts de bus.

Afin de faire face à cette avidité des transporteurs, les passagers, de leur côté, ne veulent même pas laisser leurs différences aux chauffeurs, soi-disant qu’ils bénéficient déjà de beaucoup depuis l’augmentation du prix de transport, mais également des suites de leurs systèmes de demi-terrain.
« Dans des courses auxquelles le montant à payer s’élève à 700FC par exemple, les chauffeurs manquants de petites coupures pour remettre à leurs clients, subissent des injures », a déclaré un chauffeur de la Place Victoire.

Sur ce fait, la population congolaise demande au gouverneur de la ville province de Kinshasa, André Kimbuta, de bien vouloir prendre des mesures contre les chauffeurs qui fixent des prix comme bon leur semble, mais aussi ceux-là qui font des demi terrains. Ce sont des pratiques défiant l’autorité et qui ont pour finalité d’en rajouter aux difficultés de la population.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *