Browse By

L’avarice des sociétés forestières, cause la misère de la population dans la Tshopo

La misère de la population rurale est causée par l’avarice des sociétés  forestières qui exploitent le bois qui  ne respectent pas les cahiers de charges des communautés rurales où ils exploitent ce bois, indique un document  de Ir Léon Lutumba, ayant travaillé longtemps  pour le compte de plusieurs sociétés d’exploitation forestières œuvrant dans la province de la Tshopo. 

Selon cette source, les vastes étendues d’exploitation forestières  occupées par  ces sociétés privées, amplifient les difficultés de survie de ces populations par manque d’espaces pour l’exploitation agricole. Le bois de chauffage devient rare, voire les sources d’eaux potables deviennent privées et la population peine parfois à y accéder,  pour puiser de l’eau.

Pour cet ingénieur, Il est souhaitable  que les structures sanitaires, la construction des écoles et autres activités pour le développement, soient accessibles  en vue  d’améliorer la situation socio – économique de ces populations qui  perdent régulièrement leurs ressources forestières renouvelables. a – t –  Pour  cet homme du terrain, les exploitants forestiers  doivent  assumer leurs responsabilités dans la lutte contre le réchauffement climatique, tout en accompagnant les communautés rurales à gérer la forêt d’une manière optimale, dans le cadre du développement durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *