Browse By

Le ministre Kabange recadre la CENCO et Mukwege : nous luttons pour libérer la RDC des hommes politiques comme Mukwege (itw)

Dans une interview accordée à 7SUR7.CD lundi 02 juillet à Kinshasa, le ministre de l’aménagement du territoire a recadré le Docteur Denis Mukwege qui dans sa dernière sortie médiatique a déclaré que « les élections en RDC seront falsifiées, d’où il faut lutter pour libérer le Congo ».

Pour Félix Kabange Numbi Mukwampa qui est également président de l’Eveil de la conscience pour le travail et le développement, ECT, parti de la Majorité Présidentielle, la réaction de Denis Mukwege prouve « qu’il n’a jamais participé activement à une élection ».

S’agissant de la récente déclaration de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, CENCO, qui a invité la CENI à recourir aux bulletins papiers en cas d’absence d’un consensus sur la machine à voter, Kabange Numbi estime qu’il serait mieux de laisser la CENI seule faire son travail.

(ci-dessous l’interview)

7SUR7.CD : Félix Kabange Numbi, Denis Mukwenge déclare que les prochaines élections en RDC seront falsifiées, d’où Il faut lutter pour libérer le Congo », comment réagissez-vous à cette déclaration?

F. Kabange :Personnellement je ne vois pas comment les élections peuvent être falsifiées. Je comprends que le Dr Mukwege n’a jamais participé activement à une élection et cela peut justifier cette prise de position. Le processus électoral en RDC est transparent et à chaque étape il y’a des mécanismes pour contrôler ce que la CENI fait. Au moment de l’élection si vous avez des témoins et/ou des observateurs vous pouvez recueillir toutes les preuves de tricheries, dénoncer et bloquer toute falsification si elle existe. Je regrette que le Dr Mukwege demande de lutter pour libérer le Congo parce que le Congo est libre depuis 1960 mais aujourd’hui nous avons plutôt besoin de libérer le Congo des hommes politiques comme Denis Mukwege et tant d’autres qui ont malheureusement oublié que pour accéder au pouvoir en RDC il faut le faire au Congo et avec les congolais car seul le peuple est souverain; il ne faut pas penser que la solution viendra de l’Occident et j’ai peur que par leurs agissements ils ne puissent aliéner la souveraineté conquise par les pères de l’indépendance.

Polémique autour de la machine à voter, l’opposition et la société civile accusent la MP et la CENI de préparer la tricherie. Ne trouvez-vous pas que Mukwege a raison dans ce qu’il dit?

F. Kabange : Oui il y’a beaucoup de polémiques autour de la machine à voter mais ce qui m’étonne c’est que la plupart de ceux qui critiquent négativement cette machine viennent du groupe des politiciens qui apparemment ne sont pas prêts d’aller aux élections. J’ai vu cette machine et j’ai participé à plusieurs séances d’expérimentations, et quand j’écoute certaines remarques je me demande s’il s’agit de la même machine dont nous parlons. Cette machine a juste permis une dématérialisation du vote notamment pour le bulletin électoral et le Procès verbal mais le dépouillement se fera comme au bon vieux temps c’est-à-dire par comptage des bulletins papiers malgré les résultats de la machine. Et s’il y’a discordance on va considérer le comptage manuel. Alors de quoi parle t’on et de quoi avons nous peur ?

Les évêques catholiques ont dans une déclaration vendredi à Kinshasa, invité la CENI à recourir aux bulletins papiers en cas d’absence de consensus sur la machine à voter, êtes-vous d’avis?

Les évêques comme chacun des congolais ont le droit d’émettre leur point de vue, mais je ne suis pas la CENI pour répondre parce que leurs observations ont été adressées à la CENI. Toutefois, je réalise que sur terrain il y’a deux camps qui s’affrontent : ceux qui veulent les élections et ceux qui ne sont pas prêts à aller aux élections. Alors chercher un consensus entre les deux camps c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Si vous voulez que la CENI cherche le consensus de la classe politique pour faire avancer le processus électoral alors oublions les élections en RDC. Nous avons un seul organe pour organiser les élections en RDC et si nous voulons que ces élections aient lieu le 23 décembre, laissons la CENI faire son travail.

Signature de la charte constitutive du FCC on en parle, Majorité Présidentielle, opposition et société civile au gouvernement se sont mises d’accord pour présenter un candidat unique à la prochaine présidentielle. Est-il encore normale à ce jour de continuer de parler du gouvernement d’union nationale ?

F. Kabange : Le gouvernement d’union est issu de l’accord du 31 décembre et va continuer à exister jusqu’à l’organisation des élections. Après une année de gestion commune, ces congolais patriotes, épris de paix qui ont sauvé le Congo du plan machiavélique de sa destruction, ont compris que pour l’intérêt du Congo ils pouvaient se mettre ensemble, oublier tout ce qu’ils ont dit ou fait hier, oublier leurs intérêts personnels et privilégier le Congo notre patrimoine commun. C’est pourquoi ils ont tous dit oui à l’initiative du chef de l’État de mettre sur pied une grande coalition des forces politiques et sociales pour soutenir un seul candidat à l’élection présidentielle sur base d’un programme commun et de gagner les élections à tous les niveaux afin d’engager de grandes réformes. Cette volonté des congolais de se mettre ensemble en dehors de toute pression ou toute influence extérieure est une façon de montrer que la classe politique congolaise est responsable et cela ne peut que consolider et renforcer le gouvernement d’union nationale.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *