Browse By

Les USA frappent certains dirigeants congolais qu’ils accusent de corruption

Dans un communiqué diffusé jeudi 21 juin 2018, le département d’État américain a annoncé, sans pour autant cité clairement des noms, avoir imposé de nouvelles sanctions à certains dirigeants congolais pour leur implication « dans une corruption significative liée au processus électoral ».

A en croire ce document, « les actions d’aujourd’hui démontrent clairement que le gouvernement américain est déterminé à lutter contre la corruption, à soutenir des élections crédibles qui conduisent au premier transfert de pouvoir pacifique et démocratique en RDC, et à rendre responsables les auteurs de corruption ou de violations de droits de l’homme ».

En outre, les USA appellent à des élections crédibles, transparentes et opportunes en décembre 2018, au cours desquelles le peuple congolais sera libre d’exprimer ses opinions sans crainte de violence ou d’intimidation.

Ce, pour assurer un avenir plus pacifique et plus prospère à la RDC et à la région.

Quant aux sanctions relatives au déroulement du processus électoral, le Département d’État annonce également avoir pris des mesures pour empêcher l’entrée aux États-Unis de certains responsables de la RDC impliqués dans des violations des droits de l’homme.

Pour rappel, en juin 2017, l’Union européenne et les Etats-Unis ont sanctionné 9 officiels congolais ainsi que le général François Olenga, chef de la Maison militaire du président Joseph Kabila. Ils ont été reprochés d’être à la base de la restriction des libertés d’expression, et leur impact négatif dans le non respect de l’accord de la Saint Sylvestre et des principes démocratiques. Leurs comptes bancaires en dollars ont été gelés par les banques de Kinshasa.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *