Browse By

0 thoughts on “JNC RDC”

  1. Anonyme says:
  2. cathy.taylor86 says:

    Credibly benchmark effective portals rather than mission-critical users. Globally procrastinate professional interfaces via web-enabled.

  3. cathy.taylor86 says:

    Appropriately deploy technically sound resources vis-a-vis B2B paradigms. Conveniently fashion bricks-and-clicks customer service without.

  4. cathy.taylor86 says:

    Professionally aggregate intuitive human capital before cost effective data. Assertively drive quality bandwidth before.

  5. cathy.taylor86 says:

    Uniquely repurpose fully tested testing procedures without fully researched products. Distinctively innovate unique collaboration.

  6. cathy.taylor86 says:

    Uniquely repurpose fully tested testing procedures without fully researched products. Distinctively innovate unique collaboration.

  7. cathy.taylor86 says:

    Uniquely repurpose fully tested testing procedures without fully researched products. Distinctively innovate unique collaboration.

  8. cathy.taylor86 says:

    Uniquely repurpose fully tested testing procedures without fully researched products. Distinctively innovate unique collaboration.

  9. cathy.taylor86 says:

    Globally procrastinate extensive deliverables before quality intellectual capital. Appropriately integrate B2B synergy via web-enabled.

  10. chris.burke16 says:

    Holisticly build worldwide partnerships through 24/365 testing procedures. Interactively enable client-focused paradigms without flexible.

  11. chris.burke16 says:

    Holisticly build worldwide partnerships through 24/365 testing procedures. Interactively enable client-focused paradigms without flexible.

  12. chris.burke16 says:

    Holisticly build worldwide partnerships through 24/365 testing procedures. Interactively enable client-focused paradigms without flexible.

  13. chris.burke16 says:

    Holisticly build worldwide partnerships through 24/365 testing procedures. Interactively enable client-focused paradigms without flexible.

  14. chris.burke16 says:

    Enthusiastically impact backward-compatible technology before alternative e-commerce. Monotonectally embrace technically sound users before extensive.

  15. chris.burke16 says:

    Enthusiastically impact backward-compatible technology before alternative e-commerce. Monotonectally embrace technically sound users before extensive.

  16. chris.burke16 says:

    Compellingly develop web-enabled ROI before unique catalysts for change. Appropriately productivate cross-platform core competencies.

  17. chris.burke16 says:

    Compellingly develop web-enabled ROI before unique catalysts for change. Appropriately productivate cross-platform core competencies.

  18. chris.burke16 says:

    Compellingly develop web-enabled ROI before unique catalysts for change. Appropriately productivate cross-platform core competencies.

  19. chris.burke16 says:

    Compellingly develop web-enabled ROI before unique catalysts for change. Appropriately productivate cross-platform core competencies.

  20. chris.burke16 says:

    Compellingly develop web-enabled ROI before unique catalysts for change. Appropriately productivate cross-platform core competencies.

  21. chris.burke16 says:

    Compellingly develop web-enabled ROI before unique catalysts for change. Appropriately productivate cross-platform core competencies.

  22. chris.burke16 says:

    Compellingly develop web-enabled ROI before unique catalysts for change. Appropriately productivate cross-platform core competencies.

  23. chris.burke16 says:

    Compellingly develop web-enabled ROI before unique catalysts for change. Appropriately productivate cross-platform core competencies.

  24. chris.burke16 says:

    Enthusiastically impact backward-compatible technology before alternative e-commerce. Monotonectally embrace technically sound users before extensive.

  25. Jim says:

    Test!

  26. Mwana Mboka says:

    Et le Zimbabwe va t il dédommager nos femmes engrossées par leurs militaires incirconcisent?

  27. JNC RDC says:

    la vérité fini par triompher

  28. Mwendapole Muzusa says:

    Ooh mon Dieu, Nous verrons beaucoup sur cette terre des hommes.
    Heureusement la Bible est claire «Dans le temps de la fin, beaucoup de prophètes viendront au nom de Dieu».

  29. TSHILOMBO says:

    PROPHETESSE,

    DIEU NE T’A PAS ENTENDUE POUR LE 01.07.2018 MAIS, IL FINIRA PAR T’ENTENDRE UN JOUR CAR, « KABIRA » MOURRA UN JOUR !

  30. TSHILOMBO says:

    « Kabira »,

    nous savons que c’est toi qui manipules tous les groupes armés!

    ai-je besoin de publier des preuves?

  31. TSHILOMBO says:

    « MAPAS MPA TUA AMUENA MU LUANDA »!

  32. TSHILOMBO says:

    STAFF DE L’UDPS,

    BRAVO POUR AVOIR DEMONTRE AUX KANAMBISTES DE LA MP PAR FRAUDE QUE NOUS N’AVONS JAMAIS, PEUR DES ELECTIONS!

    ELECTIONS?

    OUI MAIS, AUX CONDITIONS SUIVANTES:

    1. PAS DE « MACHINE A VOTER!

    2. « KABIRA » NE SE REPRESENTE PLUS!

  33. TSHILOMBO says:

    « KABIRA »,

    C’EST SI DUR POUR TOI DE PRONONCER CES 5 MOTS:

    « JE NE ME REPRESENTES PLUS? »

    !

  34. TSHILOMBO says:

    « KABIRA »,

    IL TE FALLAIT PRONONCER, JUSTE, LES 5 MOTS: « JE NE ME REPRESENTE PLUS »?

  35. TSHILOMBO says:

    EN REPONSE A VOTRE CAMPAGNE ELECTORALE, LISEZ VOUS MEMES, CE TEXTE:

    Accueil Politique
    Sport

    Times.cd
    Now Reading: Présidentielle 2018: Kabila, Katumbi et Bemba inélligibles, selon l’IRDH(Tribune) JOLGA LUVUNDISAKIO
    Full Article 6 minutes read
    ACTUALITÉ
    Présidentielle 2018: Kabila, Katumbi et Bemba inélligibles, selon l’IRDH(Tribune)
    5 Heures Ago 0 6 Minutes Read
    Les chercheurs du Projet d’Application des Droits Civils et Politiques (PAD-CIPO) de l’IRDH ont analysé les critères légaux d’éligibilité des candidats, dans le but de prévenir des interprétations biaisées à dessein. Tout en informant le citoyen de ses droits civils et politiques, il rappelle les critères qu’imposent la Constitution de la République et la loi électorale pour briguer la magistrature suprême. Les résultats sont sans appel pour certaines personnalités les plus en vue de la scène politique nationale, notamment Joseph Kabila, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba.

    Voir le texte ci-dessous l’intégralité de cette tribune:

    A PROPOS DE L’ELIGIBILITE A LA PRESIDENTIELLE DU 23 DECEMBRE 2018
    Le 25 Juillet 2018 est le premier jour des dépôts de candidatures à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre 2018, en République Démocratique du Congo (RDC). A cette occasion, les chercheurs du Projet d’Application des Droits Civils et Politiques (PAD-CIPO) de l’IRDH ont analysé les critères légaux d’éligibilité des candidats, dans le but de prévenir des interprétations biaisées à dessein. Ainsi, le devoir d’informer le citoyen de ses droits civils et politiques rappelle les critères qu’imposent la Constitution de la République et la loi électorale.
    En effet, à ce jour, des partis et regroupements politiques ont déclaré ou investi des personnalités politiques du pouvoir de solliciter le suffrage universel du peuple congolais. La présente analyse se limite aux cas des trois personnes des plus en vue dont la désignation suscite des discussions dans l’opinion publique. Il s’agit du Président KABILA KABANGE Joseph dont le Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Développement (PPRD) bat campagne, du Sénateur BEMBA NGOMBO Jean-Pierre investi par le Mouvement pour la Libération du Congo (MLC) et de KATUMBI CHAPWE Moïse choisi par la plateforme Ensemble pour le changement.
    Les chercheurs de l’IRDH estiment que les observations ci-après méritent d’être relevées :
    1. Par rapport à l’article 70 de la Constitution en vigueur, est inéligible, le Président de la République qui a déjà renouvelé son mandat de cinq ans, une seule fois. Tel est le cas du Président KABILA KABANGE Joseph. Ce nombre et cette durée des mandats, ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle. (art. 220)
    2. Conformément à l’article 10 de « la loi n°17/013 du 24 décembre 2017 modifiant et complétant la loi n°06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales telle que modifiée à ce jour », ne sont pas non plus éligibles, les personnes privées de leurs droits civils et politiques par décision judiciaire irrévocable. Tel est le cas du Sénateur BEMBA NGOMBO Jean-Pierre dont la condamnation dans l’affaire de subornation de témoins a été confirmée par le Juge d’appel de la Cour Pénale Internationale (CPI). L’opinion retiendra qu’en vertu du principe de complémentarité, chaque Etat a le devoir de poursuivre ses citoyens présumés auteurs des crimes internationaux et la CPI n’intervient qu’en cas d’incapacité ou de manque de volonté de l’Etat. Et, la subsidiarité réserve à la CPI uniquement ce que l’État ne pourrait effectuer efficacement. Dans le cas d’espèce, la condamnation a été prononcée à la CPI, car la RDC a été incapable. Mais, cette décision produit ses effets a l’égard de la RDC et tout autre Etat partie. (art. 105 Statut de Rome).

    3. Se référant au même article 10 ci-avant, sauf si une décision définitive et irrévocable du Tribunal intervient avant le dépôt de sa candidature, Monsieur KATUMBI CHAPWE Moïse jouit encore de ses droits civils et politiques lui permettant de présenter sa candidature à l’élection présidentielle. L’opinion se souviendra qu’il est effectivement condamné au premier degré, par le Tribunal de Paix Lubumbashi/Kamalondo, mais étant en appel devant le Tribunal de Grande Instance de Lubumbashi, la décision n’est pas encore définitive.

    4. Les autres personnes inéligibles sur pied du même article 10 sus vanté, sont celles :
    – Condamnées par décision judicaire irrévocable pour crimes de guerre, crime de génocide et crimes contre l’humanité ;
    – Condamnées par un jugement irrévocable du chef de viol, d’exploitation illégale des ressources naturelles, de corruption, de détournement des deniers publics, d’assassinat, des tortures, de banqueroute et les faillis ;
    – Frappées d’une incapacité mentale médicalement prouvée au cours des cinq dernières années précédant les élections ;
    – Fonctionnaires et agents de l’administration publique ne justifiant pas, à la date limite du dépôt des candidatures, du dépôt de leur demande de mise en disponibilité;
    – Mandataires actifs dans les établissements publics ou sociétés du portefeuille ne justifiant pas, à la date limite du dépôt des candidatures, du dépôt de leur lettre de démission ;
    – Magistrats qui n’auront pas donné la preuve, à la date limite du dépôt des candidatures, du dépôt de leur lettre de mise en disponibilité ;
    – Membres des Forces armées et de la Police nationale congolaise qui n’auront pas donné la preuve, à la date limite du dépôt des candidatures, de leur démission acceptée ou de leur mise à la retraite ;
    – Membres du Conseil économique et social (ECOSOC), du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), du Conseil National de Suivi de l’Accord et du processus électoral (CNSA), de la Cour des comptes qui n’auront pas donné la preuve, à la date limite du dépôt des candidatures, de leur démission ou de leur mise à la retraite ;
    – Membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à tous les niveaux, y compris le personnel.

    5. Par ailleurs, sur pied de l’article 72 de la Constitution en vigueur, le candidat à l’élection du Président de la République doit :
    – Posséder la nationalité congolaise d’origine ;
    – Etre âgé de 30 ans au moins ;
    – Jouir de la plénitude de ses droits civils et politiques ;
    – Ne pas se trouver dans un des cas d’exclusion prévus par la loi électorale.

    6. Eu égard aux alinéas 4 et 5 de l’article 103 de la « loi du 15 février 2015 numéro 15/001 modifiant et complétant la Loi numéro 06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales telle que modifiée par la loi numéro 11/003 du 25 juin2011 », les candidats doivent :
    – Avoir un diplôme d’études supérieures ou universitaires, ou justifier d’une expérience professionnelle d’au moins cinq ans dans le domaine politique, administratif ou socio-économique.
    – Avoir la qualité d’électeur ou se faire identifier et enrôler lors du dépôt de sa candidature.
    Les cherchent recommandent aux citoyens congolais de se mobiliser pour le respect de la Constitution et de la loi électorale applicables a tous.

    Contact : Maître TSHISWAKA MASOKA HUBERT, Tel : 00243851103409

  36. TSHILOMBO says:

    CONGOLAIS,

    LA SOLUTION A VOS DIVERGENCES DES VYES, LA VOICI:

    Plus
    Facebook © 2018

    Marcello
    Sport

    Times.cd
    Now Reading: Présidentielle 2018: Kabila, Katumbi et Bemba inélligibles, selon l’IRDH(Tribune) JOLGA LUVUNDISAKIO
    Full Article 6 minutes read
    ACTUALITÉ
    Présidentielle 2018: Kabila, Katumbi et Bemba inélligibles, selon l’IRDH(Tribune)
    5 Heures Ago 0 6 Minutes Read
    Les chercheurs du Projet d’Application des Droits Civils et Politiques (PAD-CIPO) de l’IRDH ont analysé les critères légaux d’éligibilité des candidats, dans le but de prévenir des interprétations biaisées à dessein. Tout en informant le citoyen de ses droits civils et politiques, il rappelle les critères qu’imposent la Constitution de la République et la loi électorale pour briguer la magistrature suprême. Les résultats sont sans appel pour certaines personnalités les plus en vue de la scène politique nationale, notamment Joseph Kabila, Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba.

    Voir le texte ci-dessous l’intégralité de cette tribune:

    A PROPOS DE L’ELIGIBILITE A LA PRESIDENTIELLE DU 23 DECEMBRE 2018
    Le 25 Juillet 2018 est le premier jour des dépôts de candidatures à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre 2018, en République Démocratique du Congo (RDC). A cette occasion, les chercheurs du Projet d’Application des Droits Civils et Politiques (PAD-CIPO) de l’IRDH ont analysé les critères légaux d’éligibilité des candidats, dans le but de prévenir des interprétations biaisées à dessein. Ainsi, le devoir d’informer le citoyen de ses droits civils et politiques rappelle les critères qu’imposent la Constitution de la République et la loi électorale.
    En effet, à ce jour, des partis et regroupements politiques ont déclaré ou investi des personnalités politiques du pouvoir de solliciter le suffrage universel du peuple congolais. La présente analyse se limite aux cas des trois personnes des plus en vue dont la désignation suscite des discussions dans l’opinion publique. Il s’agit du Président KABILA KABANGE Joseph dont le Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Développement (PPRD) bat campagne, du Sénateur BEMBA NGOMBO Jean-Pierre investi par le Mouvement pour la Libération du Congo (MLC) et de KATUMBI CHAPWE Moïse choisi par la plateforme Ensemble pour le changement.
    Les chercheurs de l’IRDH estiment que les observations ci-après méritent d’être relevées :
    1. Par rapport à l’article 70 de la Constitution en vigueur, est inéligible, le Président de la République qui a déjà renouvelé son mandat de cinq ans, une seule fois. Tel est le cas du Président KABILA KABANGE Joseph. Ce nombre et cette durée des mandats, ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle. (art. 220)
    2. Conformément à l’article 10 de « la loi n°17/013 du 24 décembre 2017 modifiant et complétant la loi n°06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales telle que modifiée à ce jour », ne sont pas non plus éligibles, les personnes privées de leurs droits civils et politiques par décision judiciaire irrévocable. Tel est le cas du Sénateur BEMBA NGOMBO Jean-Pierre dont la condamnation dans l’affaire de subornation de témoins a été confirmée par le Juge d’appel de la Cour Pénale Internationale (CPI). L’opinion retiendra qu’en vertu du principe de complémentarité, chaque Etat a le devoir de poursuivre ses citoyens présumés auteurs des crimes internationaux et la CPI n’intervient qu’en cas d’incapacité ou de manque de volonté de l’Etat. Et, la subsidiarité réserve à la CPI uniquement ce que l’État ne pourrait effectuer efficacement. Dans le cas d’espèce, la condamnation a été prononcée à la CPI, car la RDC a été incapable. Mais, cette décision produit ses effets a l’égard de la RDC et tout autre Etat partie. (art. 105 Statut de Rome).

    3. Se référant au même article 10 ci-avant, sauf si une décision définitive et irrévocable du Tribunal intervient avant le dépôt de sa candidature, Monsieur KATUMBI CHAPWE Moïse jouit encore de ses droits civils et politiques lui permettant de présenter sa candidature à l’élection présidentielle. L’opinion se souviendra qu’il est effectivement condamné au premier degré, par le Tribunal de Paix Lubumbashi/Kamalondo, mais étant en appel devant le Tribunal de Grande Instance de Lubumbashi, la décision n’est pas encore définitive.

    4. Les autres personnes inéligibles sur pied du même article 10 sus vanté, sont celles :
    – Condamnées par décision judicaire irrévocable pour crimes de guerre, crime de génocide et crimes contre l’humanité ;
    – Condamnées par un jugement irrévocable du chef de viol, d’exploitation illégale des ressources naturelles, de corruption, de détournement des deniers publics, d’assassinat, des tortures, de banqueroute et les faillis ;
    – Frappées d’une incapacité mentale médicalement prouvée au cours des cinq dernières années précédant les élections ;
    – Fonctionnaires et agents de l’administration publique ne justifiant pas, à la date limite du dépôt des candidatures, du dépôt de leur demande de mise en disponibilité;
    – Mandataires actifs dans les établissements publics ou sociétés du portefeuille ne justifiant pas, à la date limite du dépôt des candidatures, du dépôt de leur lettre de démission ;
    – Magistrats qui n’auront pas donné la preuve, à la date limite du dépôt des candidatures, du dépôt de leur lettre de mise en disponibilité ;
    – Membres des Forces armées et de la Police nationale congolaise qui n’auront pas donné la preuve, à la date limite du dépôt des candidatures, de leur démission acceptée ou de leur mise à la retraite ;
    – Membres du Conseil économique et social (ECOSOC), du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC), de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH), du Conseil National de Suivi de l’Accord et du processus électoral (CNSA), de la Cour des comptes qui n’auront pas donné la preuve, à la date limite du dépôt des candidatures, de leur démission ou de leur mise à la retraite ;
    – Membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à tous les niveaux, y compris le personnel.

    5. Par ailleurs, sur pied de l’article 72 de la Constitution en vigueur, le candidat à l’élection du Président de la République doit :
    – Posséder la nationalité congolaise d’origine ;
    – Etre âgé de 30 ans au moins ;
    – Jouir de la plénitude de ses droits civils et politiques ;
    – Ne pas se trouver dans un des cas d’exclusion prévus par la loi électorale.

    6. Eu égard aux alinéas 4 et 5 de l’article 103 de la « loi du 15 février 2015 numéro 15/001 modifiant et complétant la Loi numéro 06/006 du 09 mars 2006 portant organisation des élections présidentielle, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales telle que modifiée par la loi numéro 11/003 du 25 juin2011 », les candidats doivent :
    – Avoir un diplôme d’études supérieures ou universitaires, ou justifier d’une expérience professionnelle d’au moins cinq ans dans le domaine politique, administratif ou socio-économique.
    – Avoir la qualité d’électeur ou se faire identifier et enrôler lors du dépôt de sa candidature.
    Les cherchent recommandent aux citoyens congolais de se mobiliser pour le respect de la Constitution et de la loi électorale applicables a tous.

    Contact : Maître TSHISWAKA MASOKA HUBERT, Tel : 00243851103409

    Partager :

    Congolais,

    donc, notre pilleur et massacreur :

    « Kabira

    ne doit point, se représenter !

    MTK.

  37. TSHILOMBO says:

    GOUVERNEMENT MEDIOCRES COMPOSE DES « MINISTRES INCOMPETENTS,

    POUR VOUS, VOTRE « PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE »:

    « KABIRA »

    EST TOUJOURS, LEGAL ET LEGITIME DONC?

  38. TSHILOMBO says:

    « KABIRA » ET TON NANGAA,

    PRETENDREZ-VOUS QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS, LU OU, ENTENDU PARLER DE CA?

  39. TSHILOMBO says:

    AARROGANT, SUFFISANT, SURBE, EXCELLENT, MAGNIFIQUE « TOUT PUISSANT » ET GRATUITEMENT, ORGUEILEUX:

    « KABIRA »,

    SI TU ES BIEN ENGENDRE, CONSIDERE CE:

    MOKONDA BONZA

    LA, COMME TON VRAI AMI CAR, IL NE TE TROMPE PAS NI, NE TE SUICIDE POINT!

  40. TSHILOMBO says:

    EXCELLENCE MONSIEUR LE « VICE PREMIER KANAMBISTE:

    JOSE MAKILA,

    TES SERVICES JNCENDIE ET AMBULENCE ETAIENT-
    ILS LA?

  41. TSHILOMBO says:

    PRESIDENTS DE TOUTES LES PLATEFORMES DE L’OPPOSITION,

    REUNISSEZ_VOUS POUR VAINCREE NOTRE PILLEUR ET MASSACREUR:

    « KABIRA »

    ET TOUS LES SIENS!

  42. TSHILOMBO says:

    MARTIN,

    LA, TU N’AS DIT QUE LA VERITE, HONNIS, SOIENT, LES KANAMBISTES:

    CRAUDE MMASHARA, J. P. KAMBIRA ET TOUS LES LEURS QUI, MAL Y PENSENT!

  43. TSHILOMBO says:

    EADERS DE TOUTES LES PLATEFORMES DE L’OPPOSITION,

    TOUJOURS, UNS, ISOLEZ NOTRE PILLEUR ET MASSACREUR:

    « KABIRA »

    ET CONTRAIGNEZ-LE A QUITTER NOTRE BEAU ET RICHE DON OINT, ETT LUI, ET TOUS ES SIENS!

  44. TSHILOMBO says:

    WILLY MIKISHI, PARDON:

    WILLY MISHIKI YA MANKOMU,

    C’EST TON BAGARREUR:

    « KABIRA

    QUI T’A APPRIS A CORRIGER UN CAMBISTE DONC?

    MEDIOCRITE ET COUPS DE POING QUAND, VOUS TENEZ QUELQUE « PROFESSEUR » VA T’EN GUERRE KANAMBISTE!

Comments are closed.