Browse By

Présidentielle 2018 : le PS en campagne pour la candidature unique de l’opposition

A l’approche de l’ouverture des candidatures à l’élection présidentielle, Futi Tshialamba Ernest, coordinateur de la jeunesse du Parti Socialiste de la RD Congo (PS-RDC) à Lukunga, a affirmé que son parti est déjà prêt à aligner ses candidats à tous les niveaux de différentes circonscriptions en vue de conquérir le pouvoir démocratiquement lors des prochains scrutins. « Au Parti Socialiste-RDC, nous avions désigné, le 16 juin 2018, à l’unanimité Daniel Mwana Nteba Tutu Kibondo comme notre candidat président de la République compte tenu des résultats positifs que nous avons obtenus depuis son accession à la tête du parti », a-t-il fait savoir d’entrée de jeu au cours d’un entretien à bâtons rompus avec MCN Team ce lundi 2 juillet 2018.

Soutenant fermement l’idée d’une candidature unique de l’opposition en vue de renverser la balance face à la Majorité présidentielle, ce parti propose ce siège à un personnage politique n’ayant encore occupé aucune fonction gouvernementale entachée d’erreurs et susceptible de faire sombrer la confiance de la population en l’opposition congolaise.

Pour lui, il s’avère que le premier secrétaire national du PS-RDC, Daniel Mwana Nteba Tutu Kibondo, a gagné en notoriété pendant ces 5 dernières années grâce à ses prédictions politiques dans les médias soutenues par sa lutte ouverte contre la corruption et les antivaleurs.

De plus, en 2014, celui-ci a été, non seulement, le premier à parler ouvertement dans les médias du glissement politique du président Joseph Kabila avant même que les yeux de la classe politique ne s’ouvrent sur la question. Mais aussi, il a été l’un des motivateurs de la coalition de l’opposition « RASSOP » à Genval en faisant partie des premiers alliés-signataires.

« De ce fait, nous pensons à juste titre que son parcours, immaculé d’accusations populaires, et la visibilité grandissante de notre parti implanté dans la quasi-totalité des provinces de la RDC, font de Daniel Mwana Nteba Tutu Kibondo la personne de choix, car n’étant pas non plus tributaire des erreurs d’un système politique dont il aurait été complice. Et si l’opposition pense vraiment au bien collectif, elle devrait soit considérer notre candidat comme Joker, soit désigner un candidat ayant le même profil », a appuyé Ernest Futi Tshialamba.

Face à la crise qui guette la RDC, le Parti Socialiste a martelé, de prime abord, sur l’obligation d’organisation des élections le 23 décembre 2018 afin d’éviter un soulèvement populaire cataclysmique.

Cependant il faudrait que la Ceni respecte 3 conditions pour éviter toute possibilité de fraude, notamment le rejet de l’usage de la machine à voter ; la décrispation totale du climat politique par la participation de la diaspora aux élections et la libération des prisonniers politiques tels que Diomi Ndongala (DC), Jean-Claude Muyambo (SCODE), Franck Diongo (MLP), Mongengo Mike (membre de la JS/Limete), Tata Domis Exaucé (représentant JS/Matete), Tshituka Tshituka Christelle (représentante JS/Bandalungwa) et Kiaba N’sel Héritier (représentant JS/Kasa-vubu) ; et le nettoyage du fichier électoral à cause des 16,6% des électeurs sans empreintes, relevés par les experts de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Le PS, souligne Ernest Futi, prévient que l’imputation de ces arrestations reviendra aux autorités, soit du fait de leur négligence soit du fait de leurs actions souvent disproportionnelles.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *