Browse By

Processus électoral en RDC : deux activistes congolais écrivent à Emmanuel Macron

Jean-Jacques Lumumba et Floribert Anzuluni, tous deux activistes congolais, ont adressé, le 22 mars courant, une correspondance à Emmanuel Macron, le chef de l’État français, pour dénoncer la « tiédeur surprenante » de Paris quant au processus électoral en République démocratique du Congo.

Dans cette lettre intitulée « Liberté, égalité, ambiguïté ? », ils dénoncent notamment la poursuite de la coopération militaire entre Paris et Kinshasa.

Les deux activistes congolais s’indignent donc de la « tiédeur surprenante » des réactions de Paris face à ce qu’ils qualifient de « coup d’État constitutionnel dont est victime toute une nation », et dénoncent « la poursuite de la coopération militaire et sécuritaire » avec Kinshasa.

Ils s’interrogent, en outre, sur les raisons qui sous-tendent ce positionnement de la France. « Intérêts industriels ? Pétrole du Lac Albert à travers la récente prolongation de la licence d’exploration de la multinationale Total ? Contrats Juteux ? Serait-ce, comme semblent le soutenir certains analystes, l’écœurante raison de votre position mollasse, matérialisée notamment par la poursuite de la coopération militaire et sécuritaire avec un régime sanguinaire, face à la situation tragique de la République démocratique du Congo ? », s’interrogent-ils.

Et de poursuivre, « Nous refusons de croire que les valeurs qui fondent la France et qui l’ont située aux côtés du peuple congolais opprimé, dès le début de cette lutte pacifique pour l’alternance politique, soient réduites au silence, pire encore à une tiédeur ambiguë, indigne du pays d’Aimé Césaire », poursuivent-ils.

Ils enjoignent Emmanuel Macron à faire évoluer la position de la France vis-à-vis du président congolais Joseph Kabila dont le mandat a expiré depuis le 19 décembre 2016.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *