Browse By

Prolongation de l’IVD en Tunisie : « Un geste d’apaisement du gouvernement »

Le gouvernement tunisien a finalement autorisé vendredi la poursuite des travaux de l’Instance vérité et dignité pour permettre la tenue des procès instruits par l’IVD.

En Tunisie, les travaux de l’Instance vérité et dignité (IVD) vont finalement se poursuivre encore quelques mois. Chargée de rendre justice aux victimes des dictatures, l’IVD a trouvé un accord avec le gouvernement, vendredi 25 mai, malgré la décision du Parlement prise fin mars de mettre fin à la « commission pour la réconciliation ».

L’accord a été trouvé avec le gouvernement, permettant à l’IVD de continuer à travailler après la date butoir du 31 mai, a indiqué la présidente de l’Instance, Sihem Ben Sedrine. Elle a également demandé à la commission d’accélérer ses travaux, les premiers dossiers n’ayant été transmis à la justice qu’en mars. « C’est un geste d’apaisement, qui signifie que le gouvernement est engagé à faire aboutir le processus » a expliqué à l’AFP Sihem Ben Sedrine.

Le gouvernement, de son côté, a précisé qu’il considérerait les travaux de l’IVD légalement clôturés au 31 mai – conformément à la décision du Parlement –, tout en laissant à l’Instance le temps d’effectuer une « passation », afin que « les bourreaux soient traduits en justice, les victimes dédommagées et les rapports » remis aux autorités.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *