Browse By

Quand le secrétaire permanent adjoint du PPRD se trompe de cible

Il est étonnant de voir un membre d’un parti politique, en la personne de Mr Kambere Kalumbi Ferdinand, mis à mal par le communiqué du Comité Laïc de

Il est étonnant de voir un membre d’un parti politique, en la personne de Mr Kambere Kalumbi Ferdinand, mis à mal par le communiqué du Comité Laïc de Coordination (CLC), ne pas répondre aux attentes de ce comité et s’en prendre à la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) qui n’est pas signataire de ce communiqué.

Du coup, l’on comprend qu’il y a de ces acteurs politiques qui ne parviennent pas à cerner le sens des messages de l’Episcopat congolais. Pour éclairer leur lanterne, nous sommes dans l’obligation de leur rappeler que la CENCO, dans ses prises de position, ne vise que le bien-être de tout le peuple congolais, peu importe l’appartenance politique des uns et des autres.

A cet effet, la CENCO n’a cessé de plaider, depuis l’époque du feu Maréchal Mobutu, pour le respect des droits de l’homme et de la dignité humaine indispensables à son bien-être et au développement intégral de l’homme. Dans son action, il n’y a aucun positionnement politique ni un fonds de commerce.

Cependant, la CENCO s’en tient au respect de la Constitution, socle de notre démocratie, promulguée par l’actuel chef de l’Etat. Dans leur dernière déclaration intitulée « Sauvons le processus électoral », à son point 10, les Evêques ont écrit : « Pour être crédibles, les élections doivent être conformes à la Constitution et à l’Accord de la Saint-Sylvestre, capables de garantir l’alternance. A ce sujet, il convient de rappeler l’Accord du 31 décembre 2016 qui, conformément à la Constitution (Article 70), stipule : « Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Il s’ensuit que tout président ayant épuisé le deuxième mandat ne peut plus en briguer un troisième » (III.2.1). C’est le cas de l’actuel Président de la République ». Ignorer cela, c’est vider la constitution même de tout son sens et mépriser tout un peuple.

Quand le secrétaire permanent adjoint du PPRD écrit : « Le Plan d’une certaine communauté internationale, sous-traité par la CENCO est celui de tenter, même par la force, de se débarrasser d’un homme qui les gêne en priorisant les intérêts de son pays et de son peuple au-devant de ceux de la communauté internationale », il sied de souligner que la CENCO n’est gênée par personne, mais ne se fatigue pas de plaider pour les intérêts de la RDC et de son peuple lesquels se résument aujourd’hui par une volonté populaire inébranlable de vivre l’alternance démocratique au pouvoir afin de sauver la jeune démocratie congolaise.

L’on se pose toutefois la question de savoir pourquoi le secrétaire permanent adjoint du PPRD se trompe de cible ! Le dernier communiqué du Comité laïc de coordination date du 7 juillet 2018 et les signataires du document ont pris soin d’y mettre leurs noms. Pourquoi les ignorer et s’en prendre délibérément à la CENCO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *