Browse By

RDC : La MP et le FCC ont bénéficié de plus de temps d’antenne dans les médias en juin (rapport)

La Majorité Présidentielle et ses alliés ont été le mieux traitées en termes de temps de couverture médiatique au mois de juin, d’après le rapport mensuel de l’Unité de Monitoring des Médias de la Mission d’observation électorale Synergie des Missions d’Observation Citoyenne des Elections (MOE SYMOCEL).

Plateforme électorale créée par des acteurs politiques de la Majorité Présidentielle, des membres de l’Opposition siégeant au gouvernement et ceux de la Société Civile, le Front Commun pour le Congo (FCC) a bénéficié d’une couverture médiatique dans tous les médias, publics et privés, lors de son lancement.

L’échantillon du mois de juin 2018 est constitué de médias publics, privés et communautaires, savoir : la Radiotélévision Nationale Congolaise (RTNC1 TV), RTNC2 TV développement, le Canal Congo Télévision (CCTV), TELE50, RTNC Radio, RTGA, Top Congo FM, Radio Digital Congo et RTVS1 Radio et Radio Okapi. Pour la presse écrite, la Prospérité, le Potentiel, l’Avenir, le Phare, la Référence plus et Forum des as ont été retenus. Les données relevées par la SYMOCEL portent sur l’espace accordé aux personnalités politiques du pouvoir et de l’opposition, l’équilibre et l’objectivité de l’information dont ces acteurs font l’objet ainsi que le traitement de l’actualité politique et électorale par les médias. L’usage ou non des propos incendiaires a été également pris en compte.

Le même rapport note que les coalitions de l’opposition ont, par contre, bénéficié de temps d’antenne sur CCTV et Radio Okapi. Les statistiques montrent qu’Ensemble pour le Changement, le Front pour le Respect de la Constitution (FRC) deux grandes coalitions de l’Opposition respectivement proche du candidat déclaré Moïse Katumbi et du sénateur Jean Pierre Bemba sont quasiment absentes des chaînes publiques, avec un temps d’antenne très faible représentant 0,11% pour la coalition Ensemble pour le Changement et 0,19% pour la coalition FRC. Seuls les opposants n’appartenant à aucune coalition politique ont bénéficié de temps d’antenne sur la RTNC2 TV, principalement dans l’émission Forum des médias, ajoute le document.

Il ressort de ce document que les acteurs institutionnels ont souvent profité de leurs casquettes institutionnelles pour multiplier des occasions de visibilité liées à leurs fonctions politiques. Certains ont ainsi présidé ou pris part à des lancements de coalitions politiques ou plateforme électorale. Cela, au détriment des acteurs politiques n’ayant pas de charges institutionnelles. Ces faits ont été observés pour la plupart sur RTGA, CCTV, RTNC2 TV, Télé 50 et Radio Okapi.

« En effet, ces médias ont accordé des temps d’antenne ou ont fait passer des communications politiques et spots publicitaires en faveur d’acteurs politiques de la Majorité présidentielle qui sont en même temps acteurs des institutions de la République. Ces campagnes électorales déguisées interviennent alors que le calendrier électoral ne prévoit la campagne électorale que du 22 Novembre au 21 Décembre 2018 », dit la SYMOCEL.

Dans la presse écrite, trois types de propos incendiaires ont été observés: la diffamation dans 42,37% des cas, les propos incendiaires relatifs au langage offensif ou aux propos belliqueux, 38,98% et la xénophobie, 18,64 % de cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *