Browse By

RDC : LUZOLO BAMBI RELANCE LA GUERRE CONTRE LES KULUNA EN CRAVATE (CRIMINELS ECONOMIQUES)

C’est une première dans l’histoire du sport congolais que l’on assiste à des multiples interpellations dans le rang de hauts responsables sportifs. Apparemment, « le mal » avait atteint une proportion démesurée nécessitant une thérapie de choc. Mais il faut attendre la vraie version des faits qui viendra de la justice.

En effet, depuis le mardi 17 avril dans la soirée, les inspecteurs du Parquet de Matete, à la demande du Conseiller Spécial du Président de la République en matière de répression de la corruption, du blanchiment des capitaux et lutte contre le financement du terrorisme, ont interpellé les personnalités ci-après: Constant OMARI, Barthélémy Okito, Roger Bondembe et Binamungu, respectivement président de la FECOFA, Secrétaire général au ministère des Sports et vice-présidents de la FECOFA. Le mandat d’arrêt concernait aussi le Pasteur Amos MBAYO, président du Comité Olympique Congolais (COC), ayant pris la poudre d’escampette tôt après avoir été mis au parfum de cette procédure.

Constant OMARI a été libéré provisoirement le Mercredi, 18 avril, dans la soirée tandis que les trois autres responsables précités sont toujours détenus au cachot du parquet de Matete en attendant d’être fixés sur leur sort. Au même moment, l’avis de recherche est lancé contre le Pasteur Amos MBAYO et certains de leurs proches sont privés de voyage à l’extérieur du pays.

D’après le bureau du Conseiller spécial du président de la République, ces personnalités sont reprochées d’avoir détourné des grosses sommes d’argent destiné à l’organisation du sport congolais, plus principalement du football.
En réaction, la FECOFA a publié un communiqué dans lequel elle annonce la suspension de ses activités, notamment la LINAFOOT, pour témoigner leur solidarité et protester contre ce qu’elle qualifie ‘’d’humiliation’’ de ses membres.

Par ailleurs, certaines langues haussent le ton pour politiser l’arrestation de Constant Omari affirmant que ce dernier est victime de son rapprochement à Moïse KATUMBI ; ce qui reste à vérifier. Car, que dire pour les trois autres ?
Cependant, les choses vont bientôt paraître de plus en plus claires avec l’implication de son excellence Papy NIANGO, ministre des sports et loisirs, qui promet de se présenter devant la justice comme témoin en apportant des preuves sur les détournements susmentionnés.

Après autant d’indélicatesses, c’est le moment ou jamais pour ces institutions sportives de connaître leur alternance. Car, les hommes valent leurs actes. Dès lors, on comprend les raisons pour lesquels ils s’agglutinent à la tête de ces organismes, en s’octroyant de manière opaque des mandats indéterminés sans assurer la promotion du Sport tant souhaité. Il y a anguille sous roche.

De l’avis des observateurs, cette énième arrestation médiatique risque de connaître que les 600 dossiers des détournements des deniers publics envoyés au Procureur Général de la République, le dossier relatif à la vente de l’immeuble UAC, celui de la DGRK et tant d’autres restés lettre morte après avoir fait tache d’huile au bureau de LUZOLO BAMBI sans un suivi conséquent.

Quoiqu’il en soit, le Conseiller du Chef de l’Etat s’est démarqué par rapport à tous ceux qui l’ont précédé dans cette tâche. La République le lui reconnaître tôt ou tard. Car, un travail bien fait n’est jamais perdu, dit-on.

Wait and see.

Source: Liberté Plus

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *