Browse By

RDC : plaidoyer pour la transformation de la Gécamines en holding de portefeuille

En l’espace d’une semaine, deux groupes se réclamant del’intersyndical de la Générale des carrières des mines (Gécamines) ont adressé deux memos distincts au chef de l’Etat congolais pour réclamer des meilleures conditions de travail.

Pour le groupe qui s’est exprimé le 19 février, Felix Tshisekedi devraitaccompagner la pérennisation du programme de modernisation des unités de production. Ce qui permettrait de rendre la Gécamines plus forte vis-à-vis des investisseurs étrangers et poser les bases pour son redressement durable.

Une fois que cette entreprise atteindrait cet élan de production, il sera désormais possible à l’employeur de résoudre certains problèmes notamment ceux liés aux arriérés de salaire.

En revanche, les agents de la Gécamines auteurs du premier mémorandum envoyé au président Tshisekedi le 16 février accusent l’actuel comité de gestion de l’entreprise de n’avoir pas résolu la question de paiement des décomptes finals.

Ils évoquent aussi les problèmes d’arriérés de salaire et tant d’autres ayant un lien avec la production.

Ces agents demandent l’implication personnelle du chef de l’Etat,Felix Antoine Tshisekedi pour résoudre tous ces problèmes.

Aucun arriéré de salaire

Mechack Kasongo, le président de cet intersyndical affirme que les salaires des employés sont à ce jour régulièrement payés. Il présente une situation stable des agents et cadres ainsi que de cette société minière.

Selon lui, la société a mis en place un plan social dénommé « fin de carrière anticipée » qui a été initié et mis en œuvre moyennant 42 millions USD. Ce plan vise le départ à la retraite des agents et qui a permis à environ 2 294 agents de quitter définitivement et dignement l’entreprise, de soulager les charges sociales, et d’optimiser le rendement et l’amélioration des conditions sociales des agents.

Les 12 représentants syndicaux de l’entreprise qui ont signé ce mémo saluent plutôt les efforts de l’actuel conseil d’administration.

Selon eux, le conseil d’administration a réussi à apurer les 45 mois d’arriérés dont il a hérité.

« Notre souci est d’amener l’employeur à améliorer la vie des travailleurs. La Gécamines a une situation qui est claire, ces états financiers sont certifiés. Donc le message c’est de demander d’éviter vraiment à chercher à induire toute une nation en erreur », précise Mechack Kasongo.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *