Browse By

RDC : un décès qui pourrait encore faire débat

Si l’incendie est désormais épinglé comme cause, l’origine du feu qui a tué ce dimanche 10 juin le très actif militant du mouvement Lutte pour le changement (LUCHA), Luc Nkulula reste jusqu’ici un mystère. Mais, ses camarades pensent déjà à un crime. Reste à savoir ce que révélera l’enquête. Et ce que diront les autorités.

« J’ai perdu plus qu’un ami. J’ai perdu un frère. Je n’aurai jamais des mots pour te pleurer. J’ai passé la nuit à prier que ce ne soit qu’un cauchemar. Tu aurais pu attendre encore un peu », déplore Fred Bauma, un des amis de Nkulula. C’est dire jusqu‘à quel point des Congolais inondent depuis ce matin la toile de leurs larmes.

Fred Bauma@fredbauma90

Jai perdu plus qu’un ami. J’ai perdu un frère. Je n’aurais jamais des mots pour te pleurer. J’ai passé la nuit à prier que ce ne soit qu’un cauchemar. Tu aurais pu attendre encore un peu, @lucnkulula .
Repose en paix mon frère. Dieu, donne nous la force de comprendre.

Des larmes qui coulent par flots ininterrompus, quasiment à la mesure de l’ampleur de son engagement au service de la démocratie. Un engagement symbolisé par son intrépidité nonobstant de nombreuses arrestations liées au contexte politique congolais des plus tendus.

Suite au glissement à deux reprises du calendrier électoral, la RDC vit depuis fin 2016 une crise politique aigue marquée notamment par des manifestations réclamant principalement le départ de Joseph Kabila dont le deuxième et dernier mandat a pris fin depuis 2016. Et Luc Nkulula reste jusqu’ici l’un des rares sinon l’unique à avoir dit en face à Kabila de jeter l‘éponge. C‘était lors d’une rencontre à Goma en 2016 entre le Chef de l’Etat congolais et une cinquantaine de membres de la LUCHA. Arrêté à plusieurs reprises, Nkulula n‘était pas de nature à reculer devant la répression ou l’intimidation.

>>> LIRE AUSSI : RDC : des militants de Lucha arrêtés à Goma

« Un héros de la démocratie et du changement »

Un courage que de nombreux Congolais peinent à oublier. « Tu étais l’incarnation même de notre intrépidité, de notre esprit rebelle, de notre amour sans borne pour le Congo », peut-on lire sur la page Twitter de la LUCHA. Une intrépidité qui va lui valoir une notoriété (et même crédibilité) au-delà des frontières de son pays.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Jean de Dieu Alingwi@jnalinta

, : Ton engagement et courage sans precendent reste une inspiration dans la lutte nonviolente pour le changement. Triste que @lucnkulula nous quitte sans voir le changement pour lequel il a combattu. RIP! @civilresistance

À tel point que des ONG de défense des droits de l’homme semblent elles aussi inconsolables face à cette disparition. « Il était devenu l’une des icônes de la jeunesse congolaise ce jour du 22 décembre 2016 lorsqu’il s’est tenu debout sur un camion de police, le point levé comme pour défier la répression des manifestations par le pouvoir [contre la prolongation du mandat de Joseph Kabila] », écrit sur sa page facebook, Timo Mueller, chercheur sur la RDC à Human Rights Watch.

Et pourquoi l’incendie ?

Mais, si aucun rapport d’enquête policière n’est encore disponible à notre niveau, des proches cités par des médias locaux indiquent que Luc Nkulula a péri à 2 heures du matin heure locale, lorsqu’un incendie s’est déclaré dans sa maison de Himbi, une commune (arrondissement) de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu à l’est de la RDC.

>>> LIRE AUSSI : RDC : la Lucha appelle au soulèvement et à la désobéissance civile

Un incendie dont l’origine reste jusqu’ici un mystère. Que s’est-il alors passé pour que Nkululu ait trouvé la mort ? L’incendie était-il lié à un court-circuit électrique ? Une bonbonne de gaz ? Mais, en attendant une probable enquête policière, la LUCHAprivilgéie la piste criminelle. « Nous pensons que c’est criminel. Il n’y avait pas d’électricité cette nuit. Il n’avait qu’un panneau solaire. Ils avaient également fini avec la cuisson. Cela s’est passé vers minuit. Il vivait avec sa sœur qui était à l’extérieur de la maison au moment de l’incendie. Il avait réussi à faire sortir quelques documents de valeur par la fenêtre, mais lui-même ne s’en est pas sorti », a déclaré Espoir Ngalukiye, un autre militant de la LUCHA à Goma.

Que diront alors les autorités ? En tout cas, il est fort possible que les circonstances de la mort du militant de la LUCHA puissent alimenter un houleux débat en RDC. Comme c’est le cas jusqu’ici, de la mort le 2 juin 2010 de l’ancien militant des droits de l’homme Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *