Browse By

Sommet Trump – Kim : Pyongyang « ouvert » au dialogue malgré l’annulation de Washington

La Corée du Nord a affirmé, vendredi, qu’elle était toujours prête à dialoguer avec les États-Unis, malgré l’annulation surprise par Donald Trump du sommet prévu dans moins de trois semaines à Singapour avec le leader nord-coréen Kim Jong-un.

L’annulation par Donald Trump du sommet prévu le 12 juin prochain avec Kim Jong-un n’est pas conforme aux souhaits du monde, mais la Corée du Nord reste ouverte à une telle réunion, a rapporté, vendredi 25 mai, l’agence officielle de presse nord-coréenne KCNA.

>> À lire : Donald Trump annule annonce l’annulation du sommet avec le leader nord-coréen Kim Jong-un

Cité par KCNA, le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Kim Kye-gwan, précise que la République populaire démocratique de Corée reste ouverte à l’idée de régler ses différends avec les États-Unis « à tout moment et de quelque façon que ce soit ».

Un sommet États-Unis-Corée du Nord reste une nécessité pour sortir de l’hostilité qui caractérise les relations bilatérales entre les deux pays, ajoute le vice-ministre.

« Ouverts à un règlement de nos problèmes à tout moment »

« Nous tenions en haute estime les initiatives du président Trump, sans précédent chez aucun autre président, pour parvenir à un sommet historique entre la Corée du Nord et les États-Unis », déclare-t-il. « Nous disons une fois de plus aux États-Unis que nous sommes ouverts à un règlement de nos problèmes à tout moment et de quelque façon que ce soit. »

Trump a annulé jeudi sa rencontre prévue le 12 juin à Singapour avec le dirigeant nord-coréen en dénonçant « l’hostilité affichée » de Pyongyang.

« Nous avions espéré qu’une ‘solution à la Trump’ serait une manière sage d’alléger les inquiétudes de part et d’autre, de respecter nos exigences et de résoudre les problèmes de manière réaliste », poursuit Kim Kye-gwan.

La Corée du Nord avait haussé le ton ces derniers jours, faisant peser un doute de plus en plus fort sur la tenue du sommet de Singapour.

L’annulation du sommet, une « surprise » pour Pyongyang

Pyongyang critiquait notamment les allusions de certains hauts responsables américains, parmi lesquels le vice-président Mike Pence et le conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, à une solution « à la libyenne ».

Ces critiques, a expliqué Kim Kye-gwan, n’étaient qu’une « protestation » contre ce discours en cours à Washington.

« Annoncer que le sommet est annulé a été une surprise pour nous et nous n’avons pu nous empêcher de penser que c’était une véritable honte », a ajouté le vice-ministre.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *