Browse By

Sud-Kivu : le PPRD se vide lentement de ses cadres, l’AFDC se peuple

Les manœuvres au sein des partis politiques ont commencé à quelques jours de la date officielle de début de dépôt des candidatures aux législatives nationales et provinciales.

Plusieurs acteurs sociopolitiques se positionnent en prélude des échéances électorales et les adhésions ainsi que les désistements poursuivent leur cours normal.

Alors que le parti du peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, PPRD au Sud-Kivu connait des défections de ses cadres et pas les moindres, d’autres partis politiques de la majorité les accueillent au cours des cérémonies parfois sobres et/ou publiques.

Après le tour de Aristide Barhigenga ancien de l’aile Wazalendo , c’est le tour du chef de département adjoint en charge du suivi du processus électoral et organisation des masses, Justin Matembera Rubambura qui a décidé de se séparer de son ancienne mère nourricière en politique intégrée depuis 2002 pour des raisons « de convenance personnelle ».

« En effet, ayant servi le parti depuis 2002 comme militant, 2003 élu Exécutif de Kasha, nommé membre du comité fédéral en 2013 en 2014 à nos jours, j’ose croire avoir déjà donné le gros de mon mien » dit-il dans la correspondance adressée au chef du PPRD au Sud-Kivu.

Le partage du gâteau au centre des fortes divergences.
Ce n’est un secret pour personnes que le climat était déjà tendu au sein du parti politique de Joseph Kabila en province.

Plusieurs cadres de ce parti dénonçaient déjà leur exclusion dans la gestion de la chose publique pour le quota de leur formation politique.

Des cadres dénoncent depuis plusieurs années les nominations à des postes de gestion des personnalités et autres acteurs politiques qui viennent à peine d’adhérer au PPRD à leur détriment.

Cela fera d’ailleurs la raison d’être de l’aile Wazalendo ( un groupe des cadres PPRD se réclamant opposé à la politique de Cishambo), l’ancien gouverneur.

Cishambo parti, d’autres cadres se sentent exclus et ne se retrouvent pas dans la gouvernance du nouveau locataire de Nyamoma.

Pour beaucoup, le PPRD est ingrat et ne sait pas reconnaître leurs efforts alors qu’ils l’ont défendu bec et ongle dans le plus mauvais moment de son histoire en province. Bonjour remous, bonjour mécontentement !

L’AFDC confortée par ces démissions au PPRD  mais pas seulement
Si Aristide Barhigenga a, lui, adhéré officiellement à partir de Kinshasa à l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo, AFDC, son collègue Justin Matembera n’a pas encore pris officiellement son adhésion mais ses proches l’annoncent également dans le parti politique de Bahati Lukwebo.

A part ces cadres du parti PPRD, d’autres gros poissons s’annoncent et se sont déjà rangés aux cotés de Bahati Lukwebo.

De passage, on cite le célèbre Olive Mudekereza Namegabe jusque-là officiellement indépendant et qui a choisi d’accompagner le président Kabila par l’entremise de l’AFDC.

Il serait d’ailleurs déjà rangé sur la liste des candidats AFDC dans le territoire de Walungu.

A part celui-là, on annonce également la venue de la député Kinja Mwendanga Béatrice, élue provinciale MSR (avant le dédoublement).

« D’autres surprises sont à attendre. L’AFDC pêche dans toutes les couches sociales y compris chez-vous journalistes » ironise un cadre de l’AFDC.

Résultat : l’AFDC se peuple avec non seulement des membres (imaginaires ou réels) mais aussi attend une vague des départs des cadres annoncée au sein du PPRD  et qui certainement viendront en son sein au cours de ce mois de juin et les jours à venir dans le but de d’affronter les élections et se positionner comme le principal parti de la MP en remplacement du PPRD.

Qu’est ce qui explique cette montée des démissions du PPRD au Sud-Kivu ?

Un cadre parle d’une « mauvaise gestion des ressources humaines » qui certainement aura une incidence sur le rendement du parti aux prochaines échéances électorales.
« Depuis un temps, personne ne veut s’afficher comme partisan du PPRD à cause de la campagne de dénigrement lancée par d’autres partis d’opposition et même ceux de la Majorité présidentielle visant à attribuer tout l’échec du mandat au seul PPRD alors que nous avons dirigé ensemble. Ce sont des lâches que nous allons affronter bientôt » dit un autre cadre qui reconnait tout de même que le malaise est profond.

Quelle sera la suite des évènements ?  Pour l’instant, nous n’avons qu’à croiser les bras et attendre.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *