Browse By

Lettre ouverte à madame la ministre Charest par Omar Migues élève en secondaire 5

Québec, le 13 février 2021

Madame la Ministre Charest,

Je vous écris pour vous faire part de mon désaccord quant à la décision d’annuler les activités sportives dans les écoles du Québec que je partage depuis plusieurs mois avec plus de 4 millions de Québécois, 230 000 étudiants-athlètes du RSEQ et leurs parents, 100 000 bénévoles, 65 000 entraîneurs, les dizaines de milliers d’officiels et avec toutes personnes qui savent que le sport est la chose qui pourrait redonner un peu de joie aux Québécois. (Chiffres selon l’Express de Drummondville )

Je m’appelle Omar Migues et je suis un élève en secondaire 5, je pratique le basket-ball depuis que j’ai 10 ans. Ce sport fait partie de ma vie. Il me permet de socialiser. C’est un excellent anti-stress. Je dors mieux quand je m’entraine. Il permet d’occuper mon temps dans la semaine sainement. Il me motive à avancer, à rester à l’école, à persévérer. Il me permet d’établir des objectifs qui me tiennent à cœur, de travailler fort et de viser le meilleur de moi-même.

Le sport est une possibilité pour moi de voyager. Par le sport, je peux possiblement continuer au Cégep, à l’Université, aspirer à jouer semi-professionnel ou professionnel. Il me permet de continuer à espérer un avenir sain, meilleur. Vous le savez, vous avez été patineuse de vitesse. Vous savez à quel point le sport est crucial.

Je ne semble pas être le seul qui considère le sport comme étant une activité saine, bonne pour la santé. Nous semblons être plusieurs centaines de milliers au Québec qui marchons dans la même direction. Je vois que les décisions prises par le gouvernement, vos décisions pénalisent beaucoup de gens. Mais pourquoi pénaliser les sportifs? Pourquoi parler tant de santé, quand vous ne parlez pas de promouvoir la santé? On parle de ceux et celles qui ont la Covid. Pourquoi ne pas parler de ceux et celles qui en sont guéris? On parle des dangers de la Covid, pourquoi ne pas parler vraiment de santé : de bien manger, de bien respirer, de faire du sport… un esprit sain dans un corps sain. Pourquoi fermer les gyms, mais pas la SAQ ou la SQDC? Est-ce que le gouvernement considère que l’alcool et le cannabis sont plus importants que le sport? En nous interdisant le sport, ce sont nos cœurs qui en souffrent. Mon cœur, mon âme, mon corps, et celui de tous ceux et celles qui bénéficient du bien-être que procure le sport. Vous voulez éviter le pire, mais les règles, les limitations imposées nuisent et provoquent le pire. Il nuit à la majorité, au bénéfice d’une minorité. Ce que j’essaie de dire, c’est que cette maladie touche plus sévèrement les aînés que les jeunes. Le taux de mortalité des moins de 20 ans est de 0,0%, des 20 à 39 ans 0,1%, des 40 à 49 ans 0,4% et des 50 à 59 ans 1,7% , mais c’est lorsqu’on arrive à 60 ans et plus que les chiffres deviennent plus inquiétants. 5,7% pour les 60 à 69 ans , 18,5% pour les 70 à 79 ans, 39,7% pour les 80 à 89 ans et 33,1% pour les 90 ans et plus. On voit des chiffres tous les jours dans les médias , mais ceux-là ne paraissent pas dans les médias quotidiennement, comme le taux de guérison qui est de 90,7% . Ces données ont été prises sur le Site officiel du gouvernement du Québec.

Je vois à chaque jour tellement d’incohérence à l’école. L’annulation des activités physiques n’a aucun sens lorsque je vois les élèves en bulles dans les classes alors qu’ils prennent l’autobus sans masque, assis à côté de n’importe qui. Quand je vois les feuilles à l’école distribuées ici et là sans respect de quarantaine. Quand je constate que certains adultes n’appliquent pas nécessairement les mesures sanitaires exigées . Quand je vois les crayons en classe qui sont partagés sans problème. Les jeunes ne bougent plus leur corps. Ils restent à l’intérieur, devant les écrans, hypnotisés par le monde virtuel. La Société canadienne de physiologie de l’exercice recommande aux jeunes de limiter leur temps d’écran à un maximum de 2 heures par jour, mais l ‘école à domicile nous oblige à passer 5 heures par jour sur nos écrans sans compter le temps accordé aux travaux en ligne et au simple divertissement. L’usage excessif d’écrans est associé à de nombreuses répercussions sur la santé physique, développementale et psychosociale des enfants et des adolescents. La sédentarité, l’obésité, les troubles du sommeil, les problèmes oculaires, l’isolement social, les problèmes relationnels,, les troubles de l’attention et les difficultés scolaires font partie des risques liés à l’usage excessif d’écrans. Tout cela pourrait être compensé par le sport, Plus le temps avance, plus on voit les décisions prises et moins on a confiance en notre gouvernement. Je ne connais pas tous les partis politiques, je ne connais pas tous les agendas, mais ce que je vois ne m’inspire pas du tout. Me déçoit. Me décourage. J’étouffe parfois. Vous pensez à qui dans votre processus de décision? Avez-vous autour de la table des gens de toutes les générations? Est-ce que vous parlez aux associations étudiantes, aux directions d’écoles ou aux athlètes concernés par vos décisions? Est-ce que vous leur demandez comment ça se passe dans leur réalité?

Je comprends que vous pensez que vous faites de votre mieux. Mais je me demande… si vous réalisez que vous vous êtes trompés, avez-vous… vous ou votre équipe, l’humilité de revenir en arrière, de vous dire :” Hey, le sport à l’école est trop important à court, moyen et long terme… pour nos jeunes, pour leur santé mentale et physique – c’est trop important!” Mme la Ministre, vous voulez une société québécoise en santé, vous veillez sur la santé globale des Québécois, eh bien!!! Laissez-nous exercer nos sports pour qu’on le soit, en santé! Je me sens profondément affecté par votre décision de suspendre le sport. Chaque mois compte. Chaque mois, je sens le décrochage scolaire qui cogne à la porte de plusieurs jeunes. C’est une phase charnière pour plusieurs. Est-ce que le gouvernement va les laisser tomber, et oublier la santé globale de cette génération ???

Quand je vous entends, Mme Charest, parler de vouloir faire la promotion du sport chez les jeunes en tant que facteur de réussite personnelle, je me demande : Où est votre voix en ce moment? Pourquoi ne plus défendre les jeunes ? Qui va finir par dire : ça suffit, le sport est important et la suspension a assez duré ? Combien d’étudiants vont décrocher suite à cette période? On pourrait lire les statistiques dans les nouvelles dans quelques mois décrivant à quel point le gouvernement aurait pu, aurait dû agir. Eh bien, Mme. la ministre, il est temps d’agir MAINTENANT!!!

Vous ne sentez peut-être plus autant ce besoin de sport maintenant que vous êtes plongée dans le monde politique, mais je sais que parmi tous vos souvenirs, il y en a beaucoup en lien avec le sport. Eh bien, en tant que leader, SVP, rappelez-vous votre primaire, votre secondaire, votre Cégep. SVP est-ce possible de vous arrêter un peu pour vous mettre dans la peau des autres, parce qu’en ce moment, nous vivons une période charnière. Vous avez le pouvoir d’améliorer les choses. Non pas dans 6 mois, ni dans 3 mois, mais maintenant.

Nous comptons sur vous, Mme la Ministre. Nous ne pouvons rien faire, nous sommes coincés, à bout de souffle. Comme dans un jeu vidéo, il ne nous reste plus beaucoup de VIE pour continuer. Allez-vous ignorer notre cri du cœur… faire le bon politicien et répondre vaguement, ou par une réponse vide à notre demande? En parlant de tout ce que vous faites, de ce qui est selon vous la priorité… et ALLEZ VOUS SINCÈREMENT REGARDER LA QUESTION DU SPORT DANS LES ÉCOLES EN FACE, ET AGIR ?

Y a-t-il un ministre, quelqu’un qui nous entend? Aidez-nous à retrouver le sport dans les écoles.

Omar Migues

Merci à Annie Lalande et Élise Boisvert-Dufresne pour l’aide apportée à l’écriture de cette lettre .

Voir la lettre sur facebook

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *