Browse By

Manifestation contre les exploitants chinois à Bukavu

RDC: manifestation de la population Bukavienne contre les exploitants chinois (minier) 

affiche manifestation à bukavu

« le 02 novembre 2021, la population de bukavu a barricadé la route pour reclamer le depart des exploitants miniers (chinoises) qui continuent d’exploiter les minerais de le territoire de Mwenga « .

Selon les manifestants, «  les exploitants chinois exercent leurs activités tout en détruisant les champs, habitations et rivières de la population de Mwenga et que rien ne profite aux filles et fils du territoire ;Pour les manifestants, les chinois n’ont qu’à quitter leur territoire parce que rien ne fait au profit de la population, pas de route; écoles, ponds ou la promotion de la jeunesse chose qui devrait être faite en contre partie, les chinois doivent savoir nos familles vivent dépendamment des exploitants artisanaux “

En date du  20 août dernier, les autorités provinciales du Sud-Kivu avaient décidé de suspendre les activités d’entreprises chinoises soupçonnées « d’abus » manifestes et « multiples » dans l’exploitation de sites aurifères dans le territoire de Mwenga. Cette décision a ensuite été contestée par la ministre nationale des Mines.

Début septembre, un documentaire du journaliste camerounais Alain Foka, titré « En finir avec la traite négrière en Afrique », diffusé sur YouTube, a sévèrement mis en cause les activités des sociétés chinoises en RDC.

Le 20 août dernier, le gouvernement provincial du Sud-Kivu avait suspendu les activités de 6 entreprises chinoises et de trois coopératives congolaises partenaires. Il s’agit de BM Global Business sarl, Congo Blueant Minéral ( CBM) sarl et sa partenaire COMBI, Oriental ressources Congo sarl ORC, Yellow Water Ressources, New Oriental Mineral ( NCM) SARL et son partenaire Coopérative Mungu ni Jibu, Group Cristal Service et coopérative Lutonde. Elles sont accusées d’exploiter illégalement les minerais depuis plusieurs années, notamment de l’or.

 Pour la chine, Selon M. Wu Peng, le Directeur général du Département chinois des Affaires africaines, la Chine soutient pleinement la décision de la suspension de ces sociétés chinoises et leur demande de quitter le territoire congolais le plus tôt possible. “Nous soutenons la RDC dans la répression des activités économiques illégales conformément à la loi. Après des enquêtes menées par la partie chinoise, les autorités compétentes des provinces du Zhejiang et du Jiangsu ont ordonné aux entreprises impliquées de respecter l’ordre du gouvernement local de la RDC et d’arrêter complètement les activités concernées et de quitter la province du Sud-Kivu dès que possible”, a-t-il déclaré sur son compte twitter.

 Et pour l’ambassadeur de Chine à Kinshasa, Zhu Jing, avait alors assuré que Pékin condamnait toute « exploitation illégale des ressources naturelles » en RDC. M. Zhu Jing avait par ailleurs fait part de « la disponibilité du gouvernement chinois à collaborer avec les autorités congolaises pour sanctionner les responsables ».

Selon lr Pascal Newton kasinde, membre de la société civile, Observatoire zone Afrique de l’est, lui pense que « Ce que je crois savoir : ça s’appelle simplement  »révolte » les autorités congolaises sont habituées aux fameuses révoltes ! et ils disent que le chien aboie et que la caravane passe. il faut plutôt passer de la révolte à la révolution populaire, il faut que toute l’administration publique soit déstabilisée, ainsi que les parkings et les écoles ! cela nécessite une union inébranlable qui ne s’arrêtera que lorsque la cause sera obtenue, à savoir : la liberté d’un peuple opprimé par un groupe de bandits intellectuels installés au sommet de l’Etat congolais par ruse » a-t-il dit !

Nshakali Mongane Séraphin

Commenter avec Facebook